Précis de notre histoire

Histoire de l’Église vieille-catholique ( Union de Scranton )

   Par le Père Alain Fraysse. 


    En 1704, l’Église Catholique des Pays-Bas acceptait les Jansénistes qui avaient fuit la France après la destruction par Louis XIV du Monastère de Port-Royal.
    Cette Église des Pays-Bas était sous la juridiction d’un vicaire apostolique envoyé par Rome. 
    De nombreux prêtres hollandais rejetaient la Bulle « Unigénitus » du Pape Innocent X condamnant le Jansénisme. 

    En 1719, un évêque français, catholique romain, Mgr Dominique Varlet accepta de confirmer à Anvers plus de six cent personnes sans l’accord de Rome .
    Il faut savoir que le Siège Métropolitain d’Utrecht était toujours vacant malgré les demandes répétées du Chapitre  auprès de  Rome afin que soit consacré l’archevêque élu .

    Mgr Dominique Varlet accepta de consacrer, sans mandat apostolique, l’archevêque élu, en la personne de Mgr Cornélius Steenhoven, le 15 Octobre 1724.

Comme il fallait s’y attendre le Pape Benoît XIII excommunia le consacré et le consécrateur.

    En 1742 : rétablissement du diocèse de Haarlem, et en 1792 de celui de Deventer au Pays-Bas.
                                                                                    
    Du 13 au 21 septembre 1763 se réunirent en concile ou synode à Utrecht, dans la Cathédrale Ste Gertrude, sous la présidence de l’Archevêque MEINDERS ; les évêques de Haarlem et de Deventer, dix neuf prêtres et cinq théologiens français.
Ils condamnèrent toutes les erreurs et les hérésies que le Concile de Trente avaient anathématisées.                                                                                                                                                                                                                           
    Ils considèrent « l’Exposition de la Foi »  de Bossuet comme l’expression de leur propre foi... 
 
    Les actes de ce concile d’Utrecht  montrent clairement qu’il s’agit d’une Église Catholique dont l’orthodoxie ne peut être critiquée  et qui défend, sans ajouter quoi que ce soit, les droits et prérogatives du Saint Siège.

    Le 18 juillet 1870, en pleine guerre, un Concile fut réuni au Vatican, présidé par le Pape Pie IX, il proclama les dogmes de l’Infaillibilité Pontificale et de l’Épiscopat Universel du Pape.

    En Allemagne, sous l’impulsion du Chanoine Döllinger, professeur de théologie à l’Université de Munich, il y eut une forte opposition à ces nouveaux dogmes. De cette opposition est né le mouvement qui porte le nom de Vieux-Catholique.
    Des paroisses catholiques et leurs curés, s’y rattachèrent. Le Vatican excommunia tous ses membres .

    Le 11 Août 1873, l’évêque de Deventer, Mgr Hermanus Heykam consacrait évêque à Rotterdam J H Reinkens pour l’Église d’Allemagne.

    En Suisse, un mouvement similaire s’était aussi formé et le Professeur Edouard Herzog fut élu évêque le 7 juin 1876 et consacré le 18 septembre 1876 par l’évêque Reinkens d’Allemagne.

    Le 24 septembre 1889, les trois évêques des Pays Bas, l’évêque d’Allemagne et celui de la Suisse signèrent la Déclaration de l’Union d’UTRECHT.

    Des églises locales en Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie, une mission en France, et en Italie s’agrégèrent à l’Union d’Utrecht.

    En 1907, aux Etats-Unis et au Canada, une Église Catholique Polonaise fut reçue dans l’Union d’Utrecht : P.N.C.C (Polish National Catholic Church).

    Le 29 septembre 1907, en la Cathédrale Sainte Gertrude d’Utrecht,  Mgr Françis Hodur fut consacré évêque  par l’Archevêque GUL assisté des évêques de Haarlem et Deventer. Il devint premier Primat de la P.N.C.C (Église la plus importante en nombre de diocèses et fidèles au sein de l’Union d’Utrecht). 

    En 1923, un évêque et un prêtre de la P.N.C.C fondèrent l’Église vieille-catholique de Pologne. (Église Catholique Nationale Polonaise).  
    Sur le plan œcuménique, en 1931, les évêques de l’Union d‘Utrecht, malgré les réticences de l’Église des Pays-Bas, réalisent avec la Communion Anglicane  (ceci peut-être un peu trop tôt ) une intercommunion (full communion).

    Avec les différents Patriarcats Orthodoxes et les Églises Vieilles Catholiques de l’Union d’Utrecht : une présentation commune de la Foi est élaborée et signée entre 1975-1987.
                                               
    La P.N.C.C poursuit depuis 1984, en son nom propre, un dialogue avec Rome . 

    En 1993, a été conclu un accord pastoral sur la base du Canon 844, alinéa 2 du Code du Droit Canon Romain : une intercommunion limitée concernant trois sacrements : l’Eucharistie, l’Onction des malades et le Sacrement de Pénitence a été réalisée.

    Actuellement cet accord est à l’étude en vue de son extension à l’Église Catholique Nordique (Vieille catholique - Union de Scranton).

    En 2009, à Salzbourg, une Commission Mixte internationale : « Catholique Romaine - Vieille Catholique » concluait leur travail de onze sessions par un rapport de commission. Celui-ci  vient d’être  publié en France en 2012 dans la revue Istina.

    Mais l’évolution de l’Union d’Utrecht qui accepte l’ordination des femmes à la prêtrise et à l’épiscopat à la suite des anglicans, la bénédiction sacramentelle des couples du même sexe, le libéralisme ambiant sans parler de la dénaturation du rôle du prêtre a fait que ce rapport reste lettre morte et ne peut qu’échouer. Ces innovations ne sont pas acceptées par bien des Vieux - Catholiques et de plus bloquent toute relation avec les Orthodoxes.

    Dans les années 2000, en Norvège des pasteurs et laïcs luthériens de l’Église d’État, refusèrent également les changements dans leurs propres communautés. Ils font appel à la P.N.C.C, un dialogue s'est établi. Après réflexions et études, des ministres furent ordonnés diacres et prêtres et c’est ainsi que fut fondée l’Église Catholique Nordique (vieille-catholique).

    En 2003, refusant ce libéralisme, et afin de garder la Foi de l’Église primitive - indivise : la P.N.C.C quitta l’Union  d’UTRECHT, et rompit la communion avec les Eglises anglicanes ordonnant des femmes à la prêtrise et à l’Épiscopat.

    En Italie, en Pologne, des paroisses sont sur la juridiction d’un diocèse de la P.N.C.C.

    Le 28 octobre 2008, la P.N.C.C sous la Présidence de Son Primat l’Archevêque Robert N. NEMKOVICH, Président du Synode de l’Union de Scranton, adopta à l’unanimité des évêques, la Déclaration de Scranton, renforçant la Foi Vieille-Catholique telle qu’elle a été formulée  le 24 septembre 1889 dans la Déclaration de l’Union d’Utrecht.

        Mgr Roald Flemestad fut élu par le synode de l’Église Catholique Nordique en 2007, et consacré évêque aux USA en 2011, par l’ensemble des évêques de la P.N.C.C et devint membre de la Conférence Épiscopale de l’Union de Scranton.
    
    En Allemagne (l’Église Catholique Chrétienne), et en France (Communauté Vieille-catholique de France) sous l’impulsion d’anciens membres de l’Union d’Utrecht et d’autres chrétiens (Clercs et laïcs) rentrent sous l’administration de l’Église Catholique Nordique - Union de Scranton.  

    Ils ouvrent des lieux de culte, et propagent la Foi Vieille-Catholique traditionnelle au service de l’Évangélisation.   


            Reprenons la devise de St Vincent de Lérins :

«  Tenons nous à ce qui a été cru partout , toujours et par tous. Car cela est vraiment et proprement catholique »