Actualité‎ > ‎

LE TEMPS DE L'AVENT

publié le 9 déc. 2017 à 12:57 par Prieuré vieux-catholique St Charbel
UN « AVENT » SOUS LE SIGNE DE L’IMMIGRATION

 En cette année 2017, l’Avent chrétien se déroule dans l’actualité mondiale marquée par les questions migratoires. Ces dernières décennies ont été le théâtre de plusieurs tragédies, mais aussi d’œuvres courageuses face au phénomène. Les flux migratoires généralisés ont pris de l’ampleur et les raisons sont bien connues. Ces hommes, ces femmes et ces enfants se déplacent majoritairement pour des causes économiques (pauvretés) et sécuritaires (guerres). 

Les Églises au cœur d’une mission solidaire 

La question touche tous les milieux socioculturels et politiques dans le monde. Les réactions sont nombreuses et variées. Il y a ceux qui approuvent et ceux qui condamnent… Mais, les chrétiens ne sont pas indifférents : ils sont ni pour, ni contre, ils sont tout simplement préoccupés par des frères en détresse. Ce rapport à l’immigration ne date pas d'aujourd’hui dans l’esprit chrétien (1) . Les Églises se mobilisent également dans l’esprit de l’Évangile. Elles essaient de « témoigner » devant une problématique qui les interpelle face à l’image de l’étranger, ce prochain pris dans les dédales de la mondialisation. 

L’« étranger » et l’Enfant de la crèche

 Le premier étranger qui s’est inséré dans l’histoire de l’Humanité est bien un enfant né à Bethléem il y a plus de 2000 ans (la kénose et l’incarnation). Son accueil fut parsemé d’embûches, de révoltes, de drames… Pour qu’il soit admis ici-bas des hommes ont cru en lui et se sont sacrifiés. En d’autres termes, l’intégration est toujours une question de sensibilité, mais aussi de détermination et de foi. Bien plus que de s’intéresser à l’intégration des migrants, les causes profondes nourrissent actuellement les débats. Il s’agit de trouver des solutions durables dans les pays d’accueil comme dans les pays de provenance de ces familles déracinées. L’humanité entière est mise à dure épreuve face à son devoir de toujours : l’hospitalité et le vivre ensemble. Sur ce chemin les Églises auront toujours leur mot à dire, surtout dans l’action, à la façon dont elles accueilleront dans quelques semaines le « Prince de la paix ».

 Abbé Nérée 

 (1) Exemple de la Cimade en France de tendance œcuménique. « La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. »
Comments